Le Bonheur de Voyager

Comment fais-tu pour voyager autant ?

7 mars 2018 10 Commentaires

Depuis que je voyage, tout un tas de questions brûlent les lèvres des gens que je côtoie. Parmi celles-ci, certaines ont tendance à revenir plus souvent : «Est-ce que t’es riche ? Ta carte de crédit doit chauffer ? C’est tes parents qui te paient tes voyages ? Comment fais-tu pour voyager autant. S’il fût un temps où toutes ces questions m’agaçaient, aujourd’hui je dois vous avouer que je prend plutôt plaisir à y répondre. D’abord, je tiens à mentionner que mes parents ne m’ont jamais financé ne serait-ce qu’un dollar pour mes voyages. Je me suis toujours débrouillée toute seule, avec les économies que j’avais. Ma carte bancaire ne m’a jamais avancé aucun voyage non plus et je ne suis vraiment pas pour le principe de vivre à crédit. C’est un stress que je ne veux pas dans ma vie. Je vous explique donc comment je fais pour autant voyager et comment j’ai pu me permettre de visiter une vingtaine de pays dans les 5 dernières années !


Mon départ en Australie : le début de ma grande aventure

En janvier 2013, je m’envole vers l’Australie pour mon tout premier grand voyage avec un visa vacances-travail. Quelques semaines auparavant, je donnais ma démission à la boulangerie du IGA où je travaillais depuis près de 2 ans et vendais ma voiture. Après avoir acheté le billet d’avion, il me restait exactement 1 700$CAN en poche pour entamer mon aventure. J’étais loin d’être riche ! Même qu’en comparaison avec aujourd’hui, j’étais vraiment maladroite avec mes finances. Je me suis rapidement trouvée un travail sur place qui me permettait de payer mon loyer, de faire mon épicerie et de mettre de l’argent de côté. Après 7 mois, mes économies m’ont, entre autre, permis de visiter l’Australie, de passer trois semaines à Bali, de me payer un billet retour pour le Québec depuis l’Australie, de passer une semaine à Hawaii (principalement pour couper le retour vers le Québec, c’était moins cher qu’un billet direct !) et de revenir à la maison avec un petit coussin financier.

PVT et travail saisonnier

Si j’ai réussi à autant voyager dans les dernières années, c’est en grande partie grâce aux visas vacances-travail que j’ai réalisé dans d’autres pays mais aussi grâce aux boulots saisonniers que je dénichais quand je revenais au Québec.

Le programme vacances-travail (PVT), c’est une façon vraiment enrichissante de pouvoir visiter un pays tout en y travaillant ! C’est accessible aux gens âgés entre 18 et 30 ans (parfois jusqu’à 35 ans) qui désirent vivre une ou plusieurs expériences de travail à l’étranger sur une certaine période donnée. Dans les 5 dernières années, j’ai ainsi eu la chance de travailler 7 mois en Australie, 10 mois en France et 6 mois en Nouvelle-Zélande. C’est la façon parfaite de faire de l’argent pour ensuite visiter et c’est aussi une super façon de côtoyer les locaux tout en s’imprégnant de la vibe de l’endroit. | Pour voir tous les pays accessibles au PVT pour les canadiens, je vous invite à cliquer ici. 

Autrement, j’essayais de coordonner mes retours à la maison avec les saisons. En travaillant 6 mois dans une crèmerie (marchand de glace) durant le printemps et l’été, je réussissais facilement à me mettre assez de sous de côté pour voyager plusieurs mois durant le reste de l’année !

En combinant ces deux solutions là, je peux vous garantir que je ne suis pas riche mais que je gagne assez pour vivre ma passion sans stress.

Tout est une question de mode de vie

Quand on me demande comment je fais pour voyager autant, j’essaie de faire prendre conscience aux gens que j’ai seulement choisi un mode de vie alternatif et que j’investi mon argent différemment. Le choix d’une vie sédentaire implique beaucoup plus de coûts qu’une vie sur la route, sans domicile fixe… C’est simple, les gens terminent l’école parfois en ayant leurs études à rembourser et ensuite la petite routine créée par la société s’installe peu à peu. Ça commence en général par l’achat d’une voiture (usagée et pour certains, neuve), d’une maison, d’un condo ou d’un appartement. Prenez deux minutes pour penser à toutes les dépenses qui sont reliées à ça : assurances, achat de meubles, mobilier, décoration, taxes, électricité, réparations. Et là, l’envie d’avoir des animaux de compagnie et/ou de faire un ou plusieurs enfants arrive, amenant des coûts supplémentaires.

Ça m’arrive de penser à cet autre mode de vie mais je dois vous avouer qu’aussi longtemps que je le pourrai, je compte voyager et vivre là où le vent me mène. Maintenant que j’ai goûté à la liberté de me déplacer au gré de mes envies sur notre belle grande planète, une vie sédentaire, à travailler et n’avoir que quelques jours de vacances par année, ça m’est tout simplement impensable.

J’aime aussi donner des exemples concret à ceux qui sont surpris de me voir autant voyager pour leur faire réaliser que la façon dont on dépense ou non notre argent fait toute la différence. On connait tous des gens qui s’achètent des nouveaux vêtements toutes les semaines, des collègues qui arrivent chaque matin avec un gobelet de café acheté, quelqu’un qui visite souvent son ou sa coiffeuse, qui se fait faire les ongles, qui est souvent rendu au restaurant et dans les bars, des gens qui dépense leur paie le jour même qu’il la reçoive. Il y a des personnes payé à longueur de journée pour créer de nouvelles publicités pour justement inciter à tout ça, on est sollicité en permanence : sur la route, dans les journaux, sur internet. C’est tout à fait correct de se gâter à l’occasion, mais je pense surtout que la surconsommation fait des ravages dans un budget. Et d’être capable de résister à ça, c’est se donner les moyens d’économiser pour voyager !

Des sacrifices & des choix tu feras

J’ai peut-être l’air un peu bohème avec mon style de vie nomade mais actuellement, je ne l’échangerais pour rien au monde. Ce qui ne veut pas dire pour autant que tout est toujours rose… Des sacrifices et des choix, j’ai eu à en faire une bonne quantité dans les dernières années. C’est bien connu : décider de voyager souvent, c’est devoir à répétition se séparer des gens qu’on aime. Mais c’est aussi devoir faire une croix sur certains projets de vie. Je suis bien consciente que ça coûte cher avoir une maison et que si j’en avais une, je ne pourrais jamais me permettre de voyager autant. Reste que des jours, avoir un endroit bien à moi où me poser, dans mes affaires, ça me passe par la tête. Si un jour cette envie là surpasse ma soif de voyages, je ferai des choix différents. Pour l’instant, je n’ai ni logement à mon nom, ni voiture, ni forfait téléphonique, bref pas d’engagement, et ça me convient parfaitement.

Il faut aussi savoir que pour me permettre de voyager autant, j’ai énormément changé ma façon de consommer. J’ai appris à dire non. À moi-même, mais également aux gens qui m’entourent. J’ai appris à refuser des offres pour aller au restaurant et j’essaie plutôt d’inviter les gens à cuisiner pour une fraction du prix qu’on payerait en salle à manger. J’ai appris à contrôler mes pulsions de toujours vouloir plus, chose parfois difficile dans une société aussi matérialiste que celle dans laquelle on vit actuellement. J’ai appris à tout calculer et acheter intelligemment, en mettant de côté l’envie d’avoir des marques ou d’impressionner qui que ce soit. J’ai appris à me contenter de ce que j’ai et n’acheter que quand c’est vraiment nécessaire… Parce que s’il y a bien une chose que le voyage m’a appris, c’est que le bonheur se trouve avant tout à l’intérieur de nous et non dans les choses que l’on possède. Cette nouvelle mentalité m’amène à faire avec facilité ma valise, mon beau sac-à-dos rose dans lequel j’entasse le peu de possession dont j’ai besoin pour partir à l’aventure. 14 kg, c’est tout ce qu’il me faut pour bien vivre, parfois durant 6 mois, d’autre fois pendant plus d’un an !

Développer des trucs & des astuces

Il y a tout un tas de façons d’économiser pour se permettre de voyager ou encore de voyager à bas coûts mais ça, je vous en parlerai plus en détails dans un autre article ! S’il n’y avait que quelques points à retenir, je vous dirais que ce sont les suivants : toujours rester à l’affût des ventes éclairs de certaines compagnies d’aviation, voyager hors-saison pour éviter les prix élevés en haute-saison et garder en tête que certaines destinations sont des plaques tournantes pour voyager dans les pays environnants à bas coûts. J’ai aussi envie de vous dire qu’il existe de plus en plus de solutions pour voyager pour presque rien. Le Helpx et le House Sitting en sont deux bons exemples. L’un permet d’effectuer quelques heures de travail par jour en échange d’un lit et de trois repas par jour, l’autre vous offre un toit gratuitement en échange de veiller sur la propriété (et parfois les animaux !) des propriétaires alors qu’ils sont en déplacement.


Quand on choisi le voyage comme mode de vie une partie de l’année, voir l’année au complet, on fini par développer diverses méthodes pour voyager efficacement et ce, à bas coûts. J’espère avoir réussi à briser le mythe qu’il faut être riche pour voyager souvent parce que sincèrement, je fais parti de ceux qui prouvent que ce n’est pas le compte en banque qui fait la différence. Voyager souvent, en fait, c’est accessible à tout le monde… Ça nécessite toutefois de mener une vie différente et d’être prêts à faire des sacrifices pour arriver à économiser !

Claudia Trudeau

Ils disent que nous avons tous une mission à réaliser ici-bas... J'ai décidé que la mienne serait d'inspirer et de conscientiser les gens grâce à mes écrits, que ce soit sur cette grande passion pour les voyages qui, à 26 ans, m'a portée dans plus de 21 pays, ou encore pour encourager les gens à changer positivement leurs habitudes de vie, tout ça dans le but de vivre dans un monde meilleur, en étant HEUREUX et en propageant L'AMOUR autour de nous ♥ Bon voyage au cœur de mon univers ! Claudia xx ✉ claudia@lebonheurdevoyager.com

10 Commentaires

  1. Répondre

    Anne-Lise

    7 mars 2018

    Superbe article ! La simplicité permet d’accéder à bien plus.
    Hâte de lire les prochaines articles. .

    • Répondre

      Claudia Trudeau

      9 mars 2018

      Si bien dit ! Merci Anne-Lise 🙂 !!

  2. Répondre

    Elodie

    10 mars 2018

    Article très bien écrit ! C’est exactement ça 🙂

    • Répondre

      Claudia Trudeau

      10 mars 2018

      Merci beaucoup Elodie 🙂 !!

  3. Répondre

    Gabriel

    12 mars 2018

    Top ton blog et ton article ! Tellement vrai et je me reconnais totalement dans ce que tu dis. D’ailleurs comme beaucoup de gens qui, une fois partie, reviennent transformés ! C’est ainsi que petit à petit les mentalités changeront pour aller à l’encontre de cette société perverse.
    Good job !

    • Répondre

      Claudia Trudeau

      12 mars 2018

      Salut Gabriel 🙂
      Un gros merci pour ton commentaire !
      Je suis persuadée qu’on se dirige vers de grands changements dans notre société actuelle en ajoutant tous notre petit grain de sel.
      Bonne continuation dans tes voyages 🙂

      Claudia

  4. Répondre

    Anna

    3 avril 2018

    Coucou Claudia! Bravo pour ce que tu fais, ça inspire et ça encourage! continue!

    • Répondre

      Claudia Trudeau

      3 avril 2018

      Merci beaucoup Anna, c’est vraiment apprécié ! xx

  5. Répondre

    Emilie

    19 juin 2018

    Wow! C’est vraiment inspirant tes pensées et ton mode de vie! 🙂

    • Répondre

      Claudia Trudeau

      19 juin 2018

      Merciii beaucoup Emilie !! 🙂

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ARTICLES RELIÉS